Nouveau rapport sur la gouvernance clinique

Publié le :

Les systèmes de santé de plusieurs pays occidentaux doivent composer avec des défis de plus en plus complexes en ce qui a trait à l’accessibilité, la qualité, la pertinence et les coûts des soins de santé. Le Québec n’échappe pas à cette réalité.

Lors de son congrès annuel en 2015, l’Association médicale du Québec (AMQ) a amorcé une réflexion sur l’avenir de la profession médicale et sur sa relation avec la société québécoise. Cette démarche a mis en évidence plusieurs points de tension pouvant représenter un obstacle majeur à l’atteinte des cibles de la loi 20. L’opposition entre une intervention grandissante de l’État et l’exercice d’un leadership plus grand des médecins est le principal point de tension.

L’AMQ en arrive donc à la conclusion que les médecins et la population doivent participer à la redéfinition du système de santé. C’est pourquoi son congrès 2016 portait sur le thème de la gouvernance clinique, un modèle qui vise en effet à rapprocher le système de gestion et le système clinique, prônant ainsi la collaboration et la coresponsabilité entre les gestionnaires et l’équipe médicale.

Ce rapport effectue un bref retour sur les principes de gouvernance clinique proposés par l’AMQ, ainsi que sur les résultats d’un sondage sur l’adhésion des médecins à ces principes. L’essentiel de son contenu est aussi en lien avec les constats effectués dans le cadre du congrès, ainsi qu’avec les pistes d’actions identifiées par les participants.

Pour lire le rapport : cliquez ici.

Toutes les nouvelles